Xingyi quan - xinyi quan

 

形意拳  xíng yì quán

Les caractères chinois se traduisent par « poing de la forme/intention » (souvent traduit « poing de la forme et de l'intention »)

* xing : forme | corps, silhouette | paraître | comparer


* yi : sens | intention, désir


* quan : poing, boxe

Pour avoir des explications encore plus détaillées sur l'appelation xingyi quan, on peut aller voir le site des arts classiques du tao, ici.

On parle aussi de xinyi quan : xīn yì , le coeur et l'intention.

On parle encore de yi quan et de dacheng quan.

Ce style aurait pour fondateur le général Yue Fei (XIIème siècle), qui pratiquait un yiquan qui, de siècles en siècle aurait donné le xingyi quan. Mais le nom de Ji Long Feng (XVIIème siècle) revient comme étant le fondateur du style à proprement parlé.

 

 

Les Trois grands courants

L'école du SHANXI : L'école du SHANXI, qui existe encore, descendrait directement de l'enseignement de Ji Longfeng; c'est elle qui se serait scindée en deux branches.

L'école du HENAN : On désigne le Maître Ma Xueli (1715-1790) comme étant le fondateur du style musulman de l'école du Henan. Il se fonde sur dix techniques zoomorphes et se distingue par l'importance accordée à l'emploi des épaules, hanches, coudes, genoux et tête dans le combat. Son descendant le plus connu est sans doute Lu SongGao (cf. l'article sur le Xin Yi Liu He Quan) qui s'installa à Shanghaï, où il acquit une grande réputation; il fût le premier à diffuser ce style aux non-musulmans.

L'école du HEBEI : Cette école obtint une grande renommée pour la formation de gardes du corps destinés à la protection de personnalités ou à l'escorte de caravanes sur la route de la soie. Au 19e siècle, émerge une importante figure, celle de l'expert Guo YunShen, réputé pour sa très grande force et sa parfaite maîtrise de l'art ; il aurait fait de la prison pour avoir tué un adversaire (lui aussi...) en combat singulier.
De ce jour, il avait pris l'habitude de ne pas frapper directement, mais d'interposer son autre main entre son poing et le corps de son adversaire pour amortir le coup.

Contemporain du célèbre Dong Hai Chuan, fondateur du Bagua Zhang, il voulut éprouver la réputation dont celui-ci jouissait et lui lança un défi public. La Tradition a conservé de ce combat épique le souvenir d'un affrontement de trois jours à l'issue duquel, n'ayant pu se départager, les deux maîtres décidèrent de devenir amis. De ce jour, les élèves de Bagua Zhang et de Xing Yi pratiquèrent ensemble, chacun des maîtres enseignant sa technique aux élèves de l'autre. Aujourd'hui encore, la plupart des pratiquants de BaGua font aussi du Xing Yi à moins que ce ne soit le contraire. (Conservatoire des arts martiaux chinois, voir ici.)

Liens :

L'école Sanyi quan de Georges Charles, disciple de Wang Tseming : ici.

L'école d'Illias Calimintzos, pratique du yiquan : ici.

L'école xinyi bagua de Daniel Belotti, disciple de Chen BingDong : ici.

Vidéo :

Le xingyi quan du Hebei :

 Le xingyi quan du Shanxi (style Song) :

Le xingyi liuhe quan :

Des vidéos sur le yiquan :

Bibliographie :

Hsing I Chuan, de Georges Charles, éditions SEDIREP

 

DVD :

Un DVD de la YMAA :

 

 

Commentaires (1)

1. soufiane 30/10/2011

bonjour
je cherche la meilleur ecole de xing yi liuhe quan musulamn en chine pour 2 mois pour amélioré ma boxe chinoise et maitrisé mon explosivité et analyse sensibilité ...
en combat j ai deja participé a beaucaup de combat national et international merci.

Réponse : je ne connais pas d'école de xinyi liu he en Chine. Il faudrait demander à des clubs qui pratiquent ce style s'ils ont des contacts en Chine.
Frédérik

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×