Combat

Quelques documents relatifs à la pratique du combat de compétition en wushu (sàn dǎ  散打ou  sàn shǒu 散手en chinois), sur ring, tatami ou plate-forme.

Concernant cette plate-forme ( Lèi tái 擂臺 ou 擂台en caractères simplifiés), on trouve des traces très anciennes de combats ayant lieu sur une telle surface. On peut en avoir une illustration dans le film avec Jet Li intitulé Le maître d'armes (Fearless en anglais) dans lequel l'acteur incarne le maître Huo Yuan Jia. Par extension, le terme de lei tai a fini par désigner les combats de kung fu sans protection, quand bien même ceux-ci se déroulent sur un autre genre de surface qu'une plate-forme (cf. les vidéos de 1986 ci-dessous). 


Ces formes modernes de combat sont encadrées. Des règles doivent être respectées et souvent des protections sont portées afin de limiter les risques de blessures. Tout cela incite à penser que l'arsenal technique dont dispose un pratiquant d'arts martiaux chinois (et cela est valable pour l'ensemble des arts martiaux d'extrême-orient) ne peut s'exprimer pleinement. Imaginons un instant les dégats occasionés par des frappes destinées à blesser volontairement (piques aux yeux ou à la gorge, attaque des articulations ou des parties génitales, etc.) Ce serait un retour aux combats sanglants de gladiateurs ! Et bien évidemment, nous ne voyons pas les combattants qui s'adonnent à cette forme de combat libre mains néanmoins encadrée, prendre les positions communes à de nombreux styles (pas de ma bu) ni user des griffes du tigre ou des serres de l'aigle...

Néanmoins, puisque le débat sur l'efficacité du wushu revient éternellement sur le tapis (cf. notre blog), il me semble bon de montrer ici diverses vidéos qui permettront de se faire une idée de la qualité des divers combattants pratiquants le wushu. Il s'agit aussi de démystifier les choses : il n'existe pas de super combattant aux pouvoirs aussi invincibles que mystérieux et ce, quelque soit l'art martial pratiqué.

La coupe du monde à Taïwan en 1986. Voici une vidéo présentant les combattants de l'équipe de France emmenée par Dan Schwartz. A l'époque, Dan Schwartz dirigeait la Fédération Française de Kung Fu Wu Shu (qui deviendra plus tard la Fédération de Kung Fu Wu Shu suite à une décision de justice), organisation dissidente de la FFKAMA (fédération de karaté) qui détenait l'abilitation du ministère des sports pour notre discipline...

Un des combattants était un rouennais, il s'agit de Amed Daghmani, élève de Robert Louiset.

Notez que les coups de pieds, poings et genoux sont autorisés même portés à la tête. Les combattants ne portent pas de casque ni de gant, tout juste de petites mitaines ou bandelettes sur les mains !

 

 

Une version plus récente : florilège de combats en sanda, championnats de France 2008. Les combattants portent casques,plastrons et gants mais pas de protèges tibia.

 

 

Une autre forme de compétition très populaire en Chine : le sanda wang (roi du sanda). Désormais ouvert aux combattants étrangers avec des catégories de poids, des finales opposants d'une part le vainqueur de la catégorie 75 Kg contre celui de la catégorié 80 Kg et, d'autre part, le vainqueur de la catégorie 85 Kg contre celui de la catégorie 90 Kg.  Puis une super finale entre les deux vainqueurs de ces finales précédentes. Ouf ! Le tout avec les flonflons dignent des grands galas mondiaux de boxe anglaise. Rien ne manque, ni les présentations et musiques à chaque arrivée des combattants, les filles court vêtues qui brandissent les panneaux annonçant les rounds, etc. Bref, un grand spectacle...

Les combats ont lieu sur ring, avec gants.

 

 

 

Une rencontre France/Chine en 2004. Avec protections et pantalons traditionnels.

 

Autre type de tournoi, ça se passe en Chine en 1986. Pas de protection et tous les coups semblent permis...

 

Le combat opposant Wu Gongyi (maître de taiji quan)à Chen Kefu (expert du baihe quan - la boxe de la grue blanche) le 17 janvier 1954.

 

Voici ce qu'en dit José Carmona dans un texte paru sur le site inernet de son association http://www.shenjiying.com

La tradition martiale chinoise est une des plus complètes et variées qui soit. Résultat d'une histoire plusieurs fois millénaire construite sur les champs de bataille et affinée par des générations de combattants, elle bénéficie de nos jours d'une forte réputation. En effet, les arts martiaux chinois regorgent de récits épiques et d'anecdotes extraordinaires à propos des prouesses attribuées aux plus grands maîtres. D'abord rapportées par de nombreux récits oraux qui ont à leur tour inspiré les romans de chevalerie (wuxia xiaoshuo), on ne compte plus aujourd'hui les films de kung fu vantant l'excellence martiale de ces grands maîtres ; discours d'ailleurs relayé par la majeure partie de la presse spécialisée.
Mais qu'en est-il réellement ? Les arts martiaux chinois ont-ils, comme les différentes sources le laissent penser, une supériorité intrinsèque en combat ? Les grands maîtres sont-ils ces combattants quasi invincibles dont il est si souvent fait mention dans l'univers martial chinois ?
[...]
Tout commence pourtant très bien : les deux maîtres traversent une foule rendue hystérique par des semaines de battage médiatique et montent sur le ring sous les acclamations du public. Wu en robe traditionnelle chinoise et Chen en peignoir façon boxe anglaise. Chacun rejoint son coin et s'assoit sur un tabouret avant de se changer pour paraître en tenue de combat (chaussures de sport, pantalon noir et maillot de corps blanc). Enfin la science du combat chinoise me dis-je ! Que nenni ! La cloche électrique retentit et dès le premier échange de coups la désillusion me frappe comme un éclair : je
suis en train d'assister à un véritable combat de chiffonniers ! Aucune des caractéristiques d'un combat entre experts ne se retrouve ici. Les adversaires échangent des coups de poing désordonnés sans la moindre garde. Les attaques ne sont pas construites, les déplacements sont rudimentaires (Wu, par exemple attaque systématiquement en ligne droite_ étonnant pour un maître de Taiji !_alors que Chen adopte une sorte de déplacement circulaire faisant vaguement penser à celui de certains boxeurs en anglaise) et les esquives sont clairement des réactions de personnes qui ne sont pas habituées à prendre des coups (le mouvement, trop large, entraîne le poids du corps vers le déséquilibre). Au final, on ne voit ni technique, ni stratégie et encore moins l'application des principes du Taiji (adhérer, écouter, coller, suivre, mouvements circulaires, etc...) ou de ceux qui sont censés caractériser la « boxe de la grue blanche » (utilisation de la force des tendons dans l'expression de l'énergie par exemple).

 Plus récemment, certains se sont enflammés pour le yiquan appelé parfois dachengquan, pratique dérivée du xingyi quan (voir la rubrique "écoles, styles et formes". Ces personnes affirment que le yiquan est l'art qui procure le plus de puissance, que c'est le nec plus ultra des arts martiaux. D'autres, qui pratiquent (ou ont pratiqué) également ce même style sont plus circonspects et surtout moins vantards. Voici une vidéo montrant le combat entre un maître de yi quan et un pratiquant de sanda moderne, commentée par Ming Shan, enseignant d'arts martiaux à Paris :

La lutte chinoise - 摔交 shuāi jiāo

 

Autre forme de combat : la lutte. C'est certainement l'art martial chinois le plus ancien, que l'on sépare souvent des autres pratiques du wushu alors que certaines de ses techniques se rencontrent dans divers styles ! Pour plus de détails concernant cette lutte, cliquez ici.

En France, c'est maître Yuan ZuMou qui a introduit cette pratique. Lien vers le site de l'association française de shuai jiao : http://www.afshuaijiao.com/

 

La présentation de la vidéo de Yuan ZuMou chez i-Prod :

 

Quelques vidéos présentant la shuai jiao :

 

 

 

 

 

Le livre de Yuan ZuMou, traduit par José Carmona, éditions Judogi

Commentaires (1)

1. Manu 18/06/2010

Salut et bravo pour ton site.
Est ce que tu as une version plus longue de Taiwan 1986 ?
Je suis très interressé.
Merci

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site